Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge
La Newsletter ! Abonnez-vous...
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Les graffiti de nos églises

Les graffiti sont des inscriptions ou des dessins tracés à main levée par l’homme. Dès que celui-ci a pris connaissance de son habileté manuelle pour tracer et graver une image, il s’est adressé au mur, écritoire primordial de son environnement.

De curieux témoignages gravés dans la pierre

Ces gravures étaient déjà réalisées à l’époque de la préhistoire (grottes), puis plus tard sur les églises ou encore dans les prisons. L’homme laissait ainsi une trace de sa présence, d’un moment de son existence et de sa personnalité, son métier, sa croyance, son opinion, sa passion…

Les églises de nos villages sont faites de pierres tendres : la craie ou le calcaire lutétien qui se prêtent bien à la gravure de graffiti.

Les gravures les plus anciennes remontent au 16ème siècle. Elles sont en majorité d’inspiration religieuse. Les graffiti représentent des animaux, des outils, des instruments ou encore des objets manufacturés.

Ils composent tout un langage de signes et de symboles mêlant religion, croyances et superstitions.

Il semblerait que les églises qui comportent beaucoup de graffiti, possèdent ou ont possédé un cimetière placé autour. Contrairement aux cathédrales, collégiales, abbatiales… Ces grands édifices étaient rarement au contact de cimetières, mais plus généralement entourés de constructions, d’habitations ou de commerces.

Le transfert des cimetières en lisière d’agglomération a commencé à la fin du 18ème siècle et s’est poursuivi au 19ème.

L’emplacement de l’ancien cimetière a rarement été utilisé comme terrain à bâtir, il a bien souvent servi pour le percement d’une rue (comme à Cormeilles avec la rue Sainte Croix) passant ainsi inaperçu aujourd’hui.

L’église étant un lieu sacré, c’est là que les villageois effectuaient ces gravures. Ils traçaient un signe durable de souvenir pour les défunts.

Ces dessins ont été réalisés soit à main levée (à portée de main d’un adulte debout, c’est dans cette position que se tenaient habituellement les auteurs de ces graffiti) ; soit à l’aide d’un compas ; soit en décalquant avec un objet (outil : marteau, hache ou une main).

 

Téléchargez Flash Player pour afficher le diaporama.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MSN Reporter
Retour en haut de page