Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge
La Newsletter ! Abonnez-vous...
Agenda, organisez vos sorties

Prochaines manifestations

  • Le Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleDu Samedi 26 Août 2017 au dimanche 27 août 2017...
  • True Normand Festival - Saint-Pierre de CormeillesTrue Normand Festival - Saint-Pierre de CormeillesDu Samedi 26 Août 2017 au dimanche 27 août 2017...
  • Le Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Dimanche 3 Septembre 2017...

Votre avis nous intéresse. Envoyez-nous vos remarques. Suivez-nous sur facebook
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Les arbres têtards, une particularité normande

Trogne, truisse, chapoule, ragosse, trognard, têtard, autant de mots pour désigner ces arbres aux formes les plus excentriques.

Drôle de trognes

En effectuant, une taille périodique tous les 10 à 15 ans, au même point de coupe (entre 1 et 2 m de hauteur), l’arbre va cicatriser en laissant apparaître des bourrelets et des cavités, à l’origine de cette silhouette déformée.

Les rejets, au printemps suivant, donneront les futures branches qui seront taillées à leur tour, au bout d’une dizaine d’années.

Un peu d’histoire

L’apparition de l’arbre têtard, à l’époque du néolithique, correspondrait avec la naissance des ateliers de vannerie qui nécessitait de longues et fines tiges d’osier, obtenues grâce au recépage du saule.

Pratiquée sur d’autres essences (orme, frêne), cette technique permettait la récolte du feuillage, complément de fourrage pour les animaux domestiques.

Jusqu’à la révolution agricole qui a suivi la deuxième guerre mondiale, l’étêtage permettait une production régulière de bois pour le chauffage, la cuisson des aliments, la vie quotidienne (piquets, manche d’outils…).

Un écosystème à part entière

Après plusieurs tailles, certaines plaies sur les têtards cicatrisent mal, donnant naissance à des trous que l’on appelle des cavités.

Peu à peu, les feuilles et les bois morts qui tombent à l’intérieur, se décomposent en un terreau très fertile.

Une flore opportuniste peut désormais s’y développer : fougères (polypodes), géraniums sauvages et rumex, mais aussi des arbustes (sureaux, églantiers et groseilliers) ou même des arbres qui prennent naissance à partir des graines apportées par le vent ou les déjections des oiseaux.

Lorsque les cavités sont suffisamment importantes, toute une faune cavernicole peut alors investir les lieux : abeilles et frelons y installent parfois leurs essaims, lérots, fouines, belettes et chauves-souris s’y reproduisent aussi mais ce sont les oiseaux qui sont peut-être les plus nombreux à occuper ces nichoirs naturels.

Parmi eux, les mésanges cavernicoles, le pigeon colombin et la chouette chevêche.

Dans le terreau va évoluer une population d’insectes saprophages ou saproxylophages dont le plus célèbre d’entre eux est certainement le scarabée pique-prune (Osmoderma eremita), un coléoptère de 3 cm, rare et protégé, qui est devenu célèbre en “stoppant” les travaux de l’autoroute A28 Tours / Le Mans pendant près de 6 ans !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MSN Reporter
Retour en haut de page