Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge
La Newsletter ! Abonnez-vous...
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Augustin Hébert et la fée “électricité”

Grâce à  Augustin Hébert, Cormeilles fit  la deuxième commune de France à bénéficier de l’éclairage public.

Une ingénieuse découverte

Augustin Hébert est né le 5 décembre 1860 à Montfort sur Risle.

Passionné dès son plus jeune âge par les choses de la technique, il abandonne l’école à 11 ans pour se consacrer à sa passion : la mécanique.

En 1878, âgé de 18 ans, il se rend à l’exposition universelle où il découvre la machine de Zénobe Gramme : la première dynamo industrielle.

C’est alors qu’il comprend qu’avec la force hydraulique, il pourrait produire une énergie mécanique capable de remplacer la machine à vapeur.

Il s’installe à Montfort sur Risle et grâce à la découverte de la lampe à incandescence par Thomas Edison, il s’inspire de cette découverte et produit grâce à une dynamo utilisant la force de la Risle, de l’électricité qui alimente les lampes pour éclairer son atelier en 1885.

Ce qui permit quelques temps après à Montfort sur Risle, d’être la première commune du département et surtout de France, à bénéficier du premier éclairage public.

Photo : Rémy MORIN

Ausgustin Hébert apporte ses lumières aux Cormeillais

En 1892, il se sert de la Calonne pour réitérer son succès et il fait de Cormeilles, la deuxième ville de France à bénéficier de l’éclairage public.

Un an après, c’était au tour de Pont Audemer. Par précaution, Augustin Hébert a déposé un brevet de son procédé.

En 1905, il achète le moulin de Bayvel. C’était un moulin seigneurial avec une roue et une maison du meunier.

A côté de cet ancien moulin, il construisit sa nouvelle maison dans le style des “chalets normands” que l’on trouve sur la côte.

Il aménagea le cours d’eau afin d’y installer une turbine, en creusant une chambre d’eau dans laquelle la turbine plonge, actionnée ensuite par le courant de la Calonne.

Il participa activement à la vie locale de Cormeilles. Il reçut la légion d’honneur en 1939 et il s’éteignit le 12 janvier 1944.

En 1953, son fils a modernisé l’installation initiale car la turbine datait de 1906.

La turbine hydraulique fonctionne toujours et permettait aux propriétaires actuels (Monsieur et Madame Jean Dulong) de fabriquer et de revendre de l’électricité à EDF jusqu’en 2012.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MSN Reporter
Retour en haut de page