Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge Cormeilles en Pays d'auge
La Newsletter ! Abonnez-vous...
Agenda, organisez vos sorties

Prochaines manifestations

  • Le Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleDu Samedi 26 Août 2017 au dimanche 27 août 2017...
  • True Normand Festival - Saint-Pierre de CormeillesTrue Normand Festival - Saint-Pierre de CormeillesDu Samedi 26 Août 2017 au dimanche 27 août 2017...
  • Le Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Clos de Chanchore - Fresne CauvervilleLe Dimanche 3 Septembre 2017...

Votre avis nous intéresse. Envoyez-nous vos remarques. Suivez-nous sur facebook
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Découvrez les églises du territoire de Cormeilles

L’église Saint Gervais d’Asnières :

Elle se compose d’une nef et d’un chœur à trois pans. La nef est d’origine romane comme en témoignent encore au nord et au sud. La construction ne comporte pas de contreforts. Le chœur reconstruit sous Louis XIV aux frais de Jean Carrey est une œuvre soignée en cailloutis aux angles et encadrements en pierres saillantes se dégageant d’un fond de briques rouges.

 

L’église Notre Dame de Bailleul la Vallée :

Elle paraît dater dans son ensemble de la fin du 12ème siècle. De plan rectangulaire, elle comporte un chœur un peu plus étroit que la nef. La particularité de cette église est le fronton. Il est recouvert de lierre et abrite une statue de Saint Méen ou Saint Main dans une petite niche. Réputé pour les maladies de peau, Saint Méen, a valu à Bailleul la Vallée d’être un célèbre lieu de pèlerinage pendant très longtemps.

Il attirait les mères qui venaient déposer près de la statue du Saint un ruban ayant appartenu à l’enfant malade pour espérer sa guérison. Ce pèlerinage a cessé vers les années 1950 – 1960.

 

L’église Notre Dame de Bois Hellain :

La petite église de Bois Hellain est d’origine romane. Les parties les plus anciennes datent du 12ème siècle. C’est une église rurale caractéristique avec un porche en charpente du 16ème siècle. Le porche est en essentage de bois, système qui sert à protéger les murs et les boiseries extérieurs des vents dominants qui apportent la pluie.

 

L’église Saint Martin de la Chapelle Bayvel :

Cette église est bien assise au carrefour de deux routes. Les historiens pensent qu’à ce carrefour s’est d’abord élevée une chapelle dédiée à Saint Martin, le patron des voyageurs. Elle est située au bord d’une voie de communication particulièrement ancienne puisqu’il s’agit de la voie romaine qui allait de Lisieux : Noviamagus, à Lillebonne : Juliabona. Des fouilles ont révélé des restes de constructions romaines aux alentours de l’église ce qui atteste la haute antiquité de cette paroisse.

 

L’église Saint Antonin d’Epaignes :

Les grandes dimensions de l’église témoignent de l’importance de la paroisse dès sa fondation. La nef très large et très longue, la chapelle latérale au nord et la tour de plan carré à l’angle nord ouest de la nef datent des 15ème et 16ème siècles. Ce sont les contreforts plats du chœur qui nous indiquent que c’est la partie la plus ancienne de l’église datant du 11ème ou 12ème siècle, période de la fondation de la paroisse par Roger de Tosny. La plus grande partie de l’édifice et l’ancien clocher ont été détruits par le feu allumé par les allemands à la veille de la libération en août 44.

 

L’église Notre Dame de Fresne :

C’est une église rectangulaire à chœur en retrait. La nef construite en silex remonte à l’époque romane. Elle a conservé deux contreforts plats et les traces de deux baies cintrées. Elle est dédiée à Saint Côme et Saint Damien : médecins et chirurgiens, ils accomplirent de nombreux miracles. Ils auraient séjourné dans la commune vers 275 au moment de la peste.

 

L’église Saint Ouen de Morainville :

Cette église est entourée de son cimetière. Devant l’église on retrouve le porche en appentis associant la charpente en bois et les pierres en soubassement caractéristiques du 16ème siècle.

Au flanc sud, une tour d’origine romane supporte un clocher carré surmonté d’une flèche octogonale. Des petites lucarnes d’angle assez insolites à cette hauteur sont installées à la base de cette flèche.

 

L’église Saint Germain l’Auxerrois de Jouveaux :

Elle est de construction romane comme en témoigne la petite ouverture située au nord du chœur. Le clocher, prolongé par une petite flèche, conserve une cloche fondue en 1840 par Bailly : fondeur à Caen. Elle est précédée d’un porche en colombage. A l’intérieur, se trouve une plaque commémorative des hauts faits de Louis de Hally, faisant l’état complet de ses services d’officier de la Marine Royale sous Louis XIV.

 

L’église de Saint Pierre de Cormeilles :

Les parties les plus anciennes, la nef et le chœur remontent au début du 13ème siècle. Le clocher lui n’a qu’une centaine d’années, cette construction de briques rouges a remplacé un clocher plus ancien détruit par un incendie en 1855. Les fenêtres de la nef et du côté du chœur, ont été percées dans le style du 14ème siècle à la fin du 19ème. Les particularités de cette église sont : deux jolis anges musiciens en bois de la fin du 17ème qui proviennent de la tribune de sorgues de l’abbaye de Cormeilles et les vitraux de Decorchemont qui relatent les quelques épisodes historiques de la commune.

 

L’église Saint Simon et Saint Sébastien de Saint Siméon :

L’église pourrait remonter pour ses parties les plus anciennes au 12ème ou au 13ème siècle. En 1863, elle a subi de grandes transformations. Ce sont les pierres d’angle blanches qui témoignent de l’ancienneté de la construction. La tour en briques qui porte le clocher date du 19ème siècle. C’est à l’intérieur de l’édifice que cette petite église compte les éléments les plus intéressants : deux statuettes polychromes en pierre des 15ème et 16ème siècle sont fixées à l’aplomb des verrières et non sur un socle traditionnel. Du côté sud, Saint Léonard accompagné de deux prisonniers enchaînés. On venait en pèlerinage à Saint Siméon pour demander à « Saint Liénard » de dénouer les membres des enfants en bas âge qui avaient du mal à marcher. Il fallait faire le tour de l’église pour espérer obtenir la guérison. Du côté nord, une autre statue en pierre polychrome de la même époque représente Saint Loup, évêque.

 

L’église de Saint Sylvestre de Cormeilles :

L’église est elle aussi de construction romane. Les deux contreforts plats qui flanquent chaque angle de la façade sont de la fin du 12ème siècle.

Le porche en charpente, très restauré, qui précède l’entrée date du 16ème siècle. Cette construction caractéristique associant le bois et le silex pour les soubassements, et postérieure à la construction de l’édifice, se retrouvent dans la quasi totalité des églises du canton. Sur la façade des moellons disposés en arrêtes de poisson attestent l’ancienneté de l’édifice.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MSN Reporter
Retour en haut de page